Aménagement de nouvelles routes et faune sauvage.



Avec l’évolution sans cesse grandissante du parc automobile (+ 18 % au cours de la dernière décennie, sources TNS Sofres) et l’extension du réseau routier, la petite ou grande faune sauvage (et non "le gibier" NDLR !) se trouve de plus en plus prise en otage.

Voir la prise de position de la cpepesc "Projets routiers : Il faut prendre en compte la faune sauvage !".

L’entretien des accotements des routes

Stop au tout goudron. Partout ou cela est possible, conserver un accotements enherbé c’est préserver à la fois le paysage et un refuge pour la petite faune et la flore.

L’entretien par fauchage ne devrait jamais être effecté avant la floraison.