Aménagement de la RD 31 à travers la forêt de Chaux par le Conseil Général du Jura : premiers résultats...



La CPEPESC a rappelé par lettre du 25 octobre 2005 à Monsieur le Président du Conseil Général du Jura, qu’elle regrette vivement que cette collectivité départementale n’ait pas souhaité mettre en place des aménagements spécifiques de protection pour les batraciens sur ce site retenu dans le cadre du Réseau Natura 2000 « Vallons forestiers, rivières ruisseaux, milieux humides et temporaires remarquables de la forêt de Chaux ».

Pourtant les conclusions du dernier rapport du bureau d’étude EPA pour l’étude d’impact étaient sans ambiguïté :

« ... Les vallons de la Tanche et de ses affluents constituent ainsi des axes de passage privilégiés, utilisés par les différentes espèces présentes lors de leurs déplacements.

Ces vallons jouent également un rôle important comme sites de reproduction pour la salamandre tachetée et les tritons palmé et alpestre. L’intérêt de la mise en place d’ouvrages de traversée sous la future route adaptées aux amphibiens dans ces secteurs se trouve ainsi pleinement confirmé ».

Triste aperçu de la mortalité qu’engendre le trafic routier sur la faune protégée.

Sans vraiment chercher, pour la seule journée du 23 octobre 2005, il a pu être observer une dizaine de spécimens de Salamandre tachetée, 2 Crapauds communs et 1 Grenouille rousse, tous victimes de la circulation. La plupart de ces individus ont été découverts au niveau de la Tanche, de la Clauge et de leurs principaux affluents.

Les photographies de spécimens écrasés sur la RD 31 étaient jointes au courrier.

Au vu de ces éléments qui confirment bien la bonne représentativité de la batrachofaune tout au long de ce linéaire routier, l’association a demandé que le Conseil Général du Jura reconsidère sa position et complète au minimum les mesures prévues par un système de protection adapté aux amphibiens, couplé à l’aménagement de 3 mares de substitution à hauteur de la Doulonne, de la Clauge et de la Tanche.

En savoir plus sur ce dossier


Le 19 mai 2005, le Conseil Général du Jura avait répondu a la CPEPESC que l’Assemblée Départementale n’avait pas souhaité mettre en place des aménagements spécifiques de protection des amphibiens, en plus des ouvrages hydrauliques existants.